Qui suis-je?

Je suis née le 7 mai 1987 à Braine-l’Alleud, j’ai grandi à Waterloo, étudié à Bruxelles et je vis aujourd’hui depuis 2012 à Rhode-Saint-Genèse. L’unité de la Belgique, ce n’est donc pas qu’une devise à mes yeux, mais une réalité.

En 1948, mes grands-parents paternels, tous deux affichistes hongrois, viennent s’installer en Belgique, fuyant le régime communiste leur empêchant de vivre de leur passion et métier. J’ai donc grandi avec la pleine conscience de l’importance du respect de chacun, quelle que soit son origine.

Depuis toute petite, je pratique de nombreux sports : le karaté, l’équitation, la danse, la natation, la course à pied…. Ces sports m’ont inculqué des valeurs fondamentales comme le respect et la confiance envers les autres. J’y ai également développé une envie de donner le meilleur de moi-même dans tout ce que j’entreprends.

Très tôt, je me passionne pour la politique communale, avec un père secrétaire communal à Waterloo se dépensant sans compter pour la bonne gestion de sa commune pendant plus de vingt ans. Je me suis par la suite passionnée pour les principes de l’Etat de droit et, assez bizarrement, la complexité de notre système institutionnel. Mon choix d’études était alors évident : ce serait le droit à l’ULB. Ces études ont développé chez moi un intérêt aigu pour le droit public et les droits de l’Homme.

Diplômée en 2010, j’ai souhaité prendre quelques mois pour me ressourcer, rencontrer, échanger. Je suis donc partie à Londres suivre des cours de langue et vivre dans ce qui est, pour moi, la plus belle ville du monde, après Bruxelles bien sûr !

A mon retour, j’ai postulé au Centre d’Action Laïque, association qui défend et promeut la laïcité politique et le respect des droits de l’Homme en Belgique et en Europe. Pendant trois ans et demi, j’y ai travaillé comme juriste sur les initiatives parlementaires et gouvernementales en matières pénales et éthiques principalement.

Selon moi, l’investissement au niveau local et dans le secteur associatif est primordial pour calquer son action sur les revendications essentielles des citoyens. Je suis ainsi vice-présidente de DéFI Rhode-Saint-Genèse et ai été, pendant près de deux ans, présidente de la sous-commission Citoyenneté de la Commission consultative des organisations de jeunesse (CCOJ) qui a pour but d’organiser des débats citoyens dans les écoles ainsi que d’autres activités à même de stimuler l’esprit démocratique et critique des jeunes.

En 2012, je décide de m’engager en politique. Pourquoi au sein des Démocrates Fédéralistes Indépendants ? Il s’agit du seul parti démocratique en Belgique à défendre sans ambiguïté la laïcité politique, les droits des minorités, l’égalité des sexes et les valeurs européennes en ce compris la solidarité sociale et la lutte contre les nationalismes. Les DéFI font en outre preuve d’une exemplarité dans la gestion des communes bruxelloises et de la périphérie qu’ils dirigent. Chez DéFI, la bonne gouvernance n’est pas un slogan mais une ligne de conduite.

Les positions progressistes de DéFI sont quant à elles la preuve d’une largesse d’esprit qui est selon moi une qualité nécessaire dans l’exercice de fonctions de représentants des citoyens. De plus, DéFI respecte la parole donnée aux électeurs, refusant de faire de la politique politicienne, la poursuite du pouvoir à tout prix. Seul l’intérêt général prime.

Un parti de parole et de conviction dont je suis fière de défendre les valeurs et le programme social-libéral.

Ce programme, je l’ai défendu lors des élections fédérales de 2014, une expérience qui s’avérera extrêmement riche en rencontres et enseignements. A cette occasion, vous avez été 1.872 à me faire confiance, je vous en remercie infiniment!

Depuis octobre 2014, je suis attachée parlementaire pour le groupe DéFI à la Chambre des représentants. Je prépare ainsi le travail parlementaire de nos députés fédéraux Olivier Maingain et Véronique Caprasse dans les matières relatives à la Justice, à l’Intérieur, à l’Immigration, aux Relations extérieures, à la Périphérie et à la Santé (volet éthique).

Depuis 2016, je préside également DéFI pour la périphérie bruxelloise. J’ai ainsi pour rôle d’aider les sections dans leur déploiement local et les mandataires locaux dans leur travail. J’ai également pour tâche de rendre nos positions en matière de droits des francophones audible dans les médias.

Des fonctions exigeantes mais surtout passionnantes et dans lesquelles je me sens à même de « donner de l’avenir à vos libertés »!

Sophie Rohonyi

Juriste (Master en Droit public – ULB 2010)
Collaboratrice parlementaire à la Chambre des représentants
Présidente de DéFI Périphérie
Conseillère communale à Rhode-Saint-Genèse
Membre de la Commission Justice de la Ligue des droits de l’Homme
Membre du Conseil de l’Egalité des chances entre les hommes et les femmes
Administratrice de l’ADHUM, l’Association de Promotion des Droits Humains et des Minorités
Administratrice du Centre d’études Jacques Georgin

Liens utiles